31 rue du général De Gaulle 59110 La Madeleine contact@lesmauxlesmotspourledire.fr

Catégorie : Non classé

conférence-enfant-dans-la-tourmente

Extrait Vidéo de la conférence 2018 “L’enfant dans la tourmente “

Novembre 2018

Read More
Sylvie-Fortin-2017

Le Syndrome du bébé secoué

Le 1er décembre à Lille

Se sont tenus Les états généraux du bébé secoué

Retrouvez  quelques temps forts de cette manifestation en vidéo

Diaporama du 1er décembre

Read More
salon- bébé

le salon bébé a été l’occasion de toucher un grand nombre de personnes, parents, futurs parents, personnels de la santé et de la petite enfance, qui ont défilé devant le stand de notre association.

beaucoup se sont montrés intéressés, voire très intéressés par la manifestation du 1er Décembre, ont retenu la date et pris leur bulletin d’inscription.

Read More
sylvie- fortin

Mme Fortin exerce comme infirmière depuis 31 ans au CHU Sainte-Justine à Montréal (CHUSJ) dont 21 ans dans le domaine de la maltraitance infantile. Cadre infirmière depuis plus de 10 ans… Vaste expérience clinique (protection de la jeunesse, évaluation d’abus physique, de négligence et autres formes de mauvais traitement). Par exemple, consultante en protection de la jeunesse, elle a effectué plus de 200 visites à domicile par an pour l’évaluation physique et développemental d’enfants victimes de maltraitance.

Mais c’est en 1996, qu’elle a été en contact avec 3 premiers cas de trauma crâniens non-accidentels/syndrome du bébé secoué (TCNA/SBS). Détentrice d’une maîtrise en sciences infirmières depuis 2005, initiatrice du vaste projet de prévention en trois phases du CHUSJ et de plusieurs nouvelles interventions préventives. Ses activités sont partagées entre la clinique, l’enseignement, et la recherche et ce, dans une approche multidisciplinaire. En partenariat avec l’École Nationale de Police du Québec (ENPQ), elle a développé la formation spécialisée en abus physique et décès d’enfant. Formation qu’elle a dispensée pendant de nombreuses années.

Depuis 2010, elle est coordonnatrice responsable de l’implantation du programme périnatal de prévention du syndrome du bébé secoué au Québec et du développement des phases 2 et 3 de prévention des Trauma Crânien Non Accidentel (TCNA). Le développement et l’évaluation d’intervention de prévention des TCNA sont au centre de ses activités tant dans les milieux hospitaliers que communautaires ou de protection. Reconnue experte dans le domaine de la prévention du TCNA, elle fait partie du Comité Canadien de prévention.

Plusieurs réalisations témoignent  de l’ampleur de ses travaux tant provincial, canadien ou international. Publications et conférences associées aux activités. Plusieurs prix et distinctions dont : Prix provincial innovation clinique 2007 de l’Ordre des infirmières et infirmier du Québec (OIIQ), Récipiendaire Lauréate 2016 Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CPDJ) du Québec.

lors de notre journée du 1er Décembre, mme Fortin nous parlera de son Projet de prévention TCNA : l’expérience du Québec, et participera au débat du soir sur les pleurs incessants du nourrisson.

pour en savoir plus sur sylvie Fortin et les actions de prévention au Québec: 

lien vers youtube

lien vers la page de Sylvie Fortin

Information sur le projet du CHUSJ  et le programme périnatal de prévention et le thermomètre de la colère

 

http://40ansdelacharte.org/ambassadeur-fr-60-Sylvie_Fortin

Information sur le projet du CHUSJ  et le programme périnatal de prévention et le thermomètre de la colère :

https://www.chusj.org/fr/soins-services/S/Syndrome-du-bebe-secoue

Read More
photo- Danielle Gobert

avocate, ancienne présidente du CIDF (centre d'information du Droit des Femmes) à Lille, membre de l' active en neurochirurgie pédiatrique, maitre Danielle Gobert a rencontré de nombreux cas de bébés secoués au CHRU de Lille. elle a depuis pris fait et cause pour la prévention de ces drames évitables et décidé de fonder l'association "les maux/les mots pour le dire" pour faire connaître ce fléau et promouvoir les actions de prévention.  

Read More
photo -Matthieu- Vinchon

photo Matthieu Vinchonchef du service de neurochirurgie pédiatrique au CHRU de Lille, le pr Matthieu Vinchon est amené à opérer de nombreux bébés secoués. Il a rédigé sa thèse d'université, soutenue en 2003, sur le thème des traumatismes crâniens du nourrisson.

il est co-fondateur de l'association les maux/les mots pour le dire, dont il est un des vice-présidents.

il est également trésorier de l'association ARNERANCE et rédacteur du site internet de cette association

pour rejoindre le site neurochirurgiepediatrique.com

pour télécharger la thèse d'université du pr Matthieu Vinchon

Read More
Docteur- Anne Matthews

pédiatre spécialisée, le Dr Matthews dirige l'unité de pédiatrie sociale à l'hôpital Jeanne de Flandres.

Elle mène depuis de nombreuses années des actions d'information et de prévention auprès des médecins et paramédicaux impliqués dans la pédiatrie sociale.

Elle animera l'atelier "les signes d'alerte à ne pas manquer" au cours de la journée du 1er décembre.

Read More
Photo- professeur-Pierre- Delion

Le professeur Pierre Delion

chef de service de pédopsychiatrie au CHRU de Lille, le pr Pierre delion a dédié une grande part de son activité à l'autisme et il a collaboré étroitement avec les autres domaines des neurosciences.

Il est également très impliqué dans les traumatismes infantiles liés à la maltraitance.

au cours de la journée du 1er Décembre, il présentera "le point de vue du pédopsychiatre" sur la maltraitance, et présentera le soir au grand public la synthèse des interventions professionnelles de la journée.  

Quelques remarques préliminaires sur l’approche pédopsychiatrique

Pr Pierre Delion

Le syndrome du bébé secoué doit faire l’objet d’une prévention active et et d’une pédagogie énergique de la part des professionnels auprès des parents afin que ces petits être en développement ne soient plus victimes de cette maltraitance éducative.

Cela implique de se pencher sur les liens interactifs qui se créent autour et avec l’enfant depuis sa conception et sa naissance jusqu’à ce qu’il dispose d’une autonomie suffisante.

Cela nécessite de comprendre les circonstances dans lesquelles un ou des parents peuvent perdre le contrôle de la situation et utiliser le secouement du bébé comme une réponse inadaptée à ses pleurs.

Cela demande aux professionnels de mettre en œuvre une politique de prévention digne de ce nom pour faire connaître ce comportement maltraitant aux parents qui ne savent pas intuitivement qu’il ne peuvent pas s’y livrer.

Cela doit inciter les parents qui sentent leur fragilité à venir au contact des professionnels pour leur faire part de leurs difficultés et ainsi bénéficier de la prévention en question.

Mais lorsque ce syndrome est survenu en dépit des programmes de prévention encore trop discrets, il est important de tout faire pour que le bébé puisse être soigné dans les meilleures conditions possibles selon les critères médicaux actuels, mais sans oublier les effets à plus long terme, et notamment les aspects psychologiques et pédopsychiatriques.

Dans une telle perspective, il est important de ne pas banaliser le geste parental et de protéger l’enfant des récidives toujours possibles, ce qui implique une action organisée sous l’égide des professionnels de la Protection de l’Enfance pour mettre l’enfant en sécurité. Mais cette action nécessaire ne doit pas interrompre la relation, même quand elle est devenue partielle et/ou temporaire entre l’enfant et ses parents.

Quant à l’auteur du secouement, la justice doit déterminer la responsabilité engagée et en tirer les conséquences sur le plan pénal. La reconnaissance par les représentants de la loi de l’acte commis est un gage d’évolution possible pour l’enfant.

Tous ces points feront l’objet de développements lors de la journée du 1 er décembre organisée dans le but de faire connaître le syndrome du bébé secoué aux professionnels et à un large public.

Read More
états -généraux du bébé secoué

Découvrir le programme de cette journée ou s’inscrire

 

INVITATION 1er décembre-15-06-2017-pdf

Auditorium du nouveau siècle

de 19h à 22h  Ouvert au public:

Les cris incessants du nourrisson, que faire?

 

Présentation de l’association

Participation de la compagnie théâtrale “la belle histoire”

La prévention

Témoignages: Association Tatiana

Débat public animé par Adrien Lannoy de Grand Lille TV

adrien lannoy

Read More
dessin enfant

Avril 2017  20 Minutes

Des chercheurs américains ont mis au point un test sanguin à pratiquer sur les nourrissons, permettant de détecter les conséquences du syndrome du bébé secoué. Le prélèvement sanguin permet d’identifier une hémorragie intracrânienne aiguë « provoquée par un traumatisme crânien non accidentel », comme l’explique une étude américaine publiée  dans JAMA Pediatrics.

Baptisé « BIBIS », ce test repose sur la combinaison de trois biomarqueurs et mesure le niveau d’hémoglobine, la protéine qui porte l’oxygène dans le sang. Son efficacité a été démontrée sur un panel de 599 enfants. Dans 90 % des cas, le test, qui utilise une quantité infime de sang, a détecté correctement les cas d’hémorragies intracrâniennes aiguës.

 

Limiter les séquelles

Bien plus que le diagnostic clinique. En effet, dans 30 % des cas, les médecins manquent d’éléments pour attribuer un syndrome de bébé secoué. Les signes évocateurs sont des vomissements, de la somnolence, une difficulté à se réveiller ou un manque d’interactions avec l’entourage, mais encore faut-il que ces informations soient communiquées par l’entourage.

La prise de sang pourrait donc être généralisée en cas de doute du médecin. Une fois l’hémorragie intracrânienne aiguë identifiée, elle pourrait être localisée par un scanner cérébral. Plus l’enfant est traité rapidement, moins il aura de risque de souffrir de graves séquelles ou, plus tard, de difficultés dans son quotidien, notamment sur l’apprentissage. Entre 150 et 200 cas de bébés secoués seraient recensés chaque année en France.

Read More